Visiter plm-magazine.com
Contacter le magazine
S’abonner en ligne


Vente de dispersion de l’élevage Bedouet le mardi 9 juin

2
juin
Aucun commentaire
Classé dans Sélection.

Joseph Bedouet présente un catalogue étoffé pour la vente de dispersion de son troupeau mardi prochain 9 juin. Au total, 75 animaux seront proposés sur le site de son exploitation, au lieu-dit Saint-Martin sur la commune de La Cornuaille, Maine-et-Loire. Au nord de l'autoroute 11 Angers-Nantes (35 km d'Angers, 70 km de Nantes).

Dans le détail du catalogue : 32 vaches laitières, 23 génisses gestantes de 20/23 mois, 23 petites génisses de 1 à10 mois.

Parmi elles, 11 red holstein et 6 facteur rouge dont 9 filles de Colombo (Elayo Red) lui-même fils "unique" d'Odaline (Tulip Red x Mingo). Odaline a été championne rouge et meilleure mamelle de Paris en 2006 et en 2008, championne rouge du National du Mans en 2011.

A noter également des filles de Bookem, Iota. De Bolton, Acme, Glacier Red, Snow RF, Ehman Isy. Plusieurs Morgan, Headliner et Benedik. Une fille de Sanchez avec ses filles et petites filles par Massey et Mayfield.

 

Importations des années 80

"Après 47 années de vie active dans l'élevage, je pose mon sac pour d'autres activités" annonce Joseph Bedouet. D'abord contrôleur laitier pendant quantre ans, il s'est installé en janvier 1973. Le troupeau affiche une note globale de 84 points. La production tourne autour de 11 500 kg depuis 10 ans. A la Top liste PLM 2013, l'élevage affichait 12 337 kg de lait à 35,1 de TB et 31,5 de TPI.

Aujourd'hui, 90% du troupeau descend de deux génisses importées des Etats-Unis en 1980. La première star du troupeau a été Turquoise-Ex 95 (Penn-Dell) championne à Paris en 1987 après avoir participé à la 1ère confrontation Européenne de Paris en 1986.

Les vaches sont conduites en ration complète depuis 40 ans. Joseph Bedouet précise : "L'efficacité économique a toujours été le fil conducteur de ma sélection impitoyable : le plus de lait possible par vache, le moins de vache possible pour moins de travail et moins d'investissements".

 

Plus d'informations

Tél : 02 41 92 00 95

joseph.bedouet@wanadoo.fr

 

 

Une vente très « Euro-génétique »

30
avr
Aucun commentaire
Classé dans Exposition, Sélection.

La vente Eurogénétique, à Epinal le 10 avril, se tenait dans un climat d'incertitude lié à la fin des quotas laitiers. A l'arrivée, une heureuse surprise avec

un bon niveau de prix pour les 11 génisses, les 3 vaches en lactation et les lots d'embryons proposés.

En génisses, le prix moyen a été de 4 450 euros, avec un prix record de 9 200 euros obtenu par Just Hailey, arrière-petite-fille de RF Goldwyn Hailey-Ex 97 deux fois championne du national américain de Madison et du national canadien de Toronto. Son pedigree : Ascend x Dempsey x Baxter x RF Hailey. Ses index génomiques : Isu 179 et +4,1 en morphologie. C'était la première fois qu'un membre de la famille Hailey était proposé sur une vente en Europe, par le Gaec du Tombuy et Chantal Burteaux, Meuse. Just Hailey est partie pour le Gaec de la Pommière, Loire.

Viennent ensuite :

- à 6 200 euros, HBL Golden Dreams Anny, issue d'une autre famille de championnes, celle de sa 4e mère Shoremar S Alicia (Skychief x Starbuck), suprême championne de Toronto en 2000. Proposée par Bosseler Holsteins, Luxembourg, Anny a remporté la 1ère section de la récente Nuit de la Holstein en Belgique. Née au Luxembourg, primée en Belgique, vendue en France, Anny est partie pour l'Autriche.

- à 5 500 euros, Wilt Louna, fille de Dempsey et de Délicia-Ex 91 (Baxter x Shottle) la grande championne d'Eurogénétique 2013 et qui le sera à nouveau le lendemain de la vente. Proposée par le Gaec Wilt, Bas-Rhin, Louna est partie pour la Suisse.

Le prix record des vaches a été atteint par Hookem (Bookem x Shottle) dont la 4e mère est Odyssée-Ex 94 (Rudolph x Evreux Clei). Gestante d'ABS Silver, Hookem bénéficie d'un contrat reprise de mâle par Gènes Diffusion. Proposée par le Gaec de la Fromière, Meuse, elle est partie au Luxembourg.

Pour expliquer ces bons résultats dans le fameux "contexte difficile", tout un faisceau de causes. Le caractère "euro-génétique" de la vente avec des animaux de France, du Luxembourg, d'Allemagne et d'Italie au catalogue. Avec des acheteurs de Suisse, du Luxembourg, d'Autriche…

Un catalogue également diversifié entre animaux "à index" et animaux "à morpho", adapté à la diversité de la demande. Une communication centrée sur des pedigrees attirants comme Hailey, Amy, Délicia…

L'après-vente était également bien "pensé" avec une quarantaine aménagée proposée dans l'élevage Wilt. Tout était fait pour que le client soit le roi.

Foto Blog

Photo : acheteurs, vendeurs et animateurs de la vente avec le Top prix.

 

 

 

 

 

Catalogue international pour la vente Eurogénétique

30
jan
Aucun commentaire
Classé dans Sélection.

La seconde édition de la vente "nouvelle formule d'Eurogénétique aura lieu le vendredi 10 avril à partir de 20 heures. La veille du concours holstein.Blog Flyer

Comme l'an dernier, elle se déroulera dans la "Salle du Tambour" contiguë à la Grande Halle. Pour améliorer le confort des acheteurs et des spectateurs, un podium et un écran géant permettront de mettre en valeur l'animal pendant la présentation du pedigree par Thibaut Perreau, responsable du programme prim'holstein Elitest, et pendant les enchères animées par Claude Charles.

Au catalogue une bonne vingtaine de lots, dont une quinzaine de génisses venant de France mais aussi d'Allemagne, du Luxembourg et d'Italie. Le nombre de vaches laitières est en réduction par rapport à l'an dernier en raison d'un marché moins "animé".

Au chapitre génisses du catalogue, celles à index seront légèrement minoritaires. Plusieurs d'entre elles dépassent les 170 points d'Isu. Parmi les génisses dites à morphologie, des filles de championnes comme Délicia et Chloé réputées pour leurs succès à Eurogénétique et à la Swiss'Expo. Ou encore des descendantes de vaches célèbres comme Tri Day Ashlyn-Ex 96 et RF Goldwyn Hailey-Ex 97, l'une championne à Madison et à Toronto en 2001, l'autre double championne de ces concours en 2012 et 2014. Ces génisses à morphologie sont issues des meilleurs taureaux à type du moment.

Parmi les animaux proposés, des sans cornes, des rouges et des porteuses du facteur rouge. Dont une fille de Dew Red de la famille de la nord-américaine Renita Ranger, double championne de Madison et de la française Dalida championne de Paris en 2012. Une fille rouge de Barbwire de la famille Rud Zip-Ex 95 Ou encore des embryons de la suisse Morandale Talent Erica-Ex 92 1ère à la Swiss'Expo en 2008 et 2009.

Contacts

Thibaut Perreau au 06 79 14 64 51

thibaut.perreau@elitest

Blog salle de venteUn cadre "confortable" pour la vente Eurogénétique nouvelle formule.

Vente l’Herbagère : moyenne de 4 200 euros pour 21 génisses

2
déc
Aucun commentaire
Classé dans Sélection.

Succès populaire et commercial de la vente aux enchères de vaches et de génisses organisée en Belgique fin novembre par la famille Moureaux, à la Ferme de l'Herbagère près de Liège. La distribution de catalogues à l'entrée a permis de comptabiliser près de 2000 visiteurs. Venus de Belgique en grande majorité mais aussi de France, des Pays-Bas, d'Allemagne et du Luxembourg.

Au bilan, les 32 lots proposés ont trouvé preneur. Destinations : 22 sont restés en Belgique, dont 17 en Wallonie, 8 sont partis en France, 1 en Italie et 1 au Luxembourg.

Le prix moyen a été de 4 200 euros pour les 21 génisses. De 3 100 euros pour les sept vaches. Et de 430 euros pour les quatre lots d'embryons.

Les génisses se sont donc très bien vendues, d'autant qu'il s'agissait, à une exception près, d'animaux "à morphologie". Le prix record de 8 000 euros a été atteint par Inquiète de l'Herbagère (Fever) fille de Coquette (Jasper x Mtoto) classée 3e à deux reprises au Championnat d'Europe holstein, à Crémone, Italie, en 2010, puis à Fribourg, Suisse, en 2013. Inquiète est restée dans la région de Bruxelles, dans l'élevage Pussemier (Ferme de Bois Seigneur).

Viennent ensuite trois génisses proposées par l'élevage Beltramino, Italie :

- à 7000 euros, Bel BB King Dorina (Royal BB King x Goldwyn), petite-fille de Doriana (Quartz) trois fois championne nationale d'Italie. Elle est partie dans l'élevage Snauwaert, Belgique.

- à 6 600 euros, Bel D. Ura (Doorman x Mascalese x Mtoto) dont la mère Malliarda est la meilleure fille de 1ère génération de Mascalese en Italie. Elle est restée sur place, dans l'élevage Moureaux.

- à 5 000 euros, Joasis ET de l'Herbagère (Sid), fille de la canadienne Rotaly G. Oasis (Goldwyn x Allen) plusieurs fois récompensée sur des concours au Québec. Elle est partie en France dans l'élevage Bontant (Ferme Picasso), Meuse.

Les vaches ont "souffert" de l'assombrissement des perspectives du marché laitier pour 2015. Celles issues de familles connues ont cependant bénéficié de meilleures enchères.

A noter que la génisse et la vache avec les meilleurs index ont été acquises par l'élevage Moureaux de l'Herbagère. Elles seront prochainement collectées pour créer un "noyau à index" dans le troupeau.

Autre moment fort de la journée : le Forum de l'installation, basée sur le parcours suivi ces derniers mois par Urbain Moureaux. Ses réflexions, ses démarches et ses choix ont servi de fil rouge aux interventions des différents partenaires qui l'ont accompagné. Plus de 150 personnes ont assisté le samedi matin à ce Forum intitulé : "Etre producteur de lait en 2025, j'y crois". L'ambition affichée par la famille Moureaux était :"partager notre expérience, notre réflexion et notre expertise de l'élevage avec tous les éleveurs Belges et étrangers, professionnels du secteur ou simples visiteurs". Objectif atteint pour le Forum.

C'est d'ailleurs toute la journée, porte ouverte comprise, qui aura atteint ses objectifs. Une belle récompense après tous les efforts consentis pendant une année de préparation.

Blog FM

Photo de groupe pour les partenaires à l'issue de la vente.

 

A bon catalogue, bonne vente

1
août
Aucun commentaire
Classé dans Non classé.

La vente Bon Temps a demandé beaucoup de…temps. Une telle opération se programme sur plusieurs années. Ce n'est pas un "résultat" comme peut l'être logiquement une vente de cessation d'activité. Mais suppose réflexion, préparation et choix minutieux.

Construire un catalogue attrayant suppose de collecter ses meilleurs animaux avec différents taureaux pour élargir la gamme proposée. Suppose de les accoupler avec les taureaux à la mode aujourd'hui, et si possible toujours d'actualité demain. D'où l'utilisation précoce des meilleurs taureaux génomiques pour pouvoir présenter aux acheteurs, selon la formule consacrée, " l'une des toutes premières filles de …". Par exemple de Brawler, Snowman, Trigger, Artes, Eskaman, Detox, Van Gogh, Stanley Cup, comme à la vente Bon Temps. Cerise sur le gâteau : BTS Aeva, prix record de la vente à 29 500 euros, était non seulement une "première fille de Detox" mais aussi, comme le précisait le catalogue, "la première fille rouge d'Aïka en vente" (*).

Dans le même esprit d'exclusivité et d'anticipation, l'importation ciblée d'embryons donnera des génisses "rares" par leurs origines. Un bon argument commercial.

Tout ce travail de fond peut encore être bonifié par l'innovation dans la forme même du catalogue, en particulier au niveau de la présentation des index. Par exemple, le génotypage des mêmes femelles en France, aux Etats-Unis et au Canada intéresser autant les habitués de l'Isu français que ceux du TPI américain ou de l'IPV canadien. Certes, tel animal a pu se révéler mieux "noté" selon deux méthodes (la française et la canadienne) que selon la troisième (américaine). Mais globalement, aucune "dissonance"  n'a été relevée. Au contraire, la Top prix BTS Aeva était indexée à 170 en Isu, 2256 en GTPI et 2561 en IPV.

A l'heure du bilan, au soir du 6 juillet : neuf femelles sont parties à l'étranger. Les autres vers 22 départements français. Objectif atteint.

 

 

(*) KHW-I Aika Baxter est une fille de KHW Goldwyn Aiko et une petite-fille de Kamps-Hollow Altitude (Durham). Cette dernière est aussi la mère de KHW Regiment Apple Red, grande championne red holstein à Madison l'an dernier.

 

Photo ci-dessus : sur l'écran, le prix (record) atteint par BTS Aeva aux enchères conduites par l'encanteur Suisse Andreas Aebi.

 

 

 

 

 

Vente globale, dispersion locale

25
juil
Aucun commentaire
Classé dans Sélection.

La moyenne des enchères n'est pas la seule "information" de la vente Gaudart. La destination des animaux nous apprend que ceux qui connaissent le mieux l'investissement génétique de Jeannette et Joël Gaudart leur ont fait confiance. En effet, sur les 53 lots proposés début juillet au Faouët, Morbihan, 28 sont restés dans le département (plus de la moitié).

Au total, près de 2000 personnes ont souhaité participer à cette "fête" organisée dans le cadre exceptionnel de Halles du XVIe siècle, réputées pour la beauté de leur charpente. Un cadre unique pour un événement unique dans une vie d'éleveur. Un lieu choisi malgré les contraintes liées au déplacement des animaux depuis la ferme située sur la commune voisine de Langonnet et distante de 12 de km. Mais Jeannette et Joël Gaudart ont bénéficié de l'aide des équipes de Créavia, du syndicat département des éleveurs, Prim'holstein 56. Et de sa section jeune "BzH 56" dont les membres ont passé quatre jours à préparer les animaux.

En ouverture de la journée, une vente aux enchères a proposé 24 vaches et génisses gestantes de bon niveau génétique. Elles sont parties à la moyenne de 1744 euros, avec un minimum de 1500 euros et un maximum de 2150 euros.

A la vente élite de l'après-midi, la moyenne des enchères de la vente élite a été de 2597 euros. Dont 2671 euros pour les sept vaches. Et 2574 euros pour les 22 génisses. Avec une fourchette de prix allant de 1000 euros à 8600 euros pour la tête d'affiche Giulia GBL (Doberman x Mickey) et son Isu record de 203 points.

 

Opération diffusion réussie

3
juil
Aucun commentaire
Classé dans Sélection.

Pour une vente, les chiffres les plus significatifs ne sont pas forcément les résultats des enchères. La vente de génisses gestantes simmental du Gaec de la Marnotte, Haute-Marne, a certes atteint les 1790 euros pour les 42 lots en vente silencieuse, et 2495 euros pour les 51 lots aux enchères (avec un record à 3850 euros).

Mais l'information principale se niche dans la répartition des animaux vendus : 44 acheteurs de 19 départements. Dont 15 acheteurs repartis avec une seule génisse. L'opération diffusion annoncée dans le Blog du 15 juin a donc été menée à bien (voir ci-dessous : "Vente totale, vente dispersion ? Vente diffusion").

Animateur de la vente, Claude Charles précise : "Les éleveurs ne viennent pas chercher des animaux pour agrandir leur troupeau. Ils recherchent de la bonne génétique, attirés à la fois par le niveau et par la réputation du Gaec de la Marnotte. En fin de journée, tandis que le vendeur peut être satisfait d'avoir bien valorisé son travail, l'acheteur repart confiant dans l'investissement effectué".

Prochain et dernier épisode de la dispersion du troupeau de la Marnotte : en 2013, pour un ultime lot de génisses gestantes. Une chance supplémentaire pour les 16 acheteurs qui, sur les 60 inscrits cette année, sont repartis bredouilles…

Quatre jours après la vente simmental en ferme de Balesmes-sur-Marne, et à 70 km de distance, se déroulait la traditionnelle vente brune de Châtillon-sur-Seine, Côte-d'Or. Une race différente, mais surtout un contexte différent : cette fois, différents éleveurs sélectionneurs venaient proposer leurs meilleurs sujets à des acheteurs de toute la grande façade Est de la France.

Les 28 génisses et vaches proposées le samedi 23 juin sont parties à la moyenne de 2373 euros. Une moyenne très proche de celle calculée sur les trois années précédentes : 2283 euros. Le prix record de 3 600 euros revient à Futée (Vigor xPrince) proposée par l’Earl des Brumonts et Michel Cuenot, Côte-d'Or.

 

Ci-contre, pendant la vente simmental au Gaec de la Marnotte, Haute-Marne. Au total, 60 acheteurs s'étaient inscrits avant la vente. Dont 15 ont acquis une seule génisse. Mais 16 sont repartis bredouilles.

 

 

 

 

Vente totale, vente dispersion ? Vente diffusion…

15
juin
Aucun commentaire
Classé dans Non classé.

La vente totale du troupeau : un bon moyen pour un éleveur de valoriser son travail et son investissement génétique. Le Gaec d'Izé, Haute-Marne, avait montré la voie en 2000. Un élevage simmental du même département a choisi de réaliser l'opération en deux temps : vaches et génisses gestantes l'an dernier, dernières génisses devenues gestantes le 19 juin prochain. Ce sera à Balesmes, dans les étables bientôt désertées du Gaec de la Marnotte.

Trois semaines plus tard, le jeudi 5 juillet, la vente totale de l'élevage Gaudart se déroulera dans le cadre prestigieux de Halles classées monument historique du Faouët, Morbihan. Le lendemain, deux jeunes investisseurs, les associés du Gaec Bon Temps et de l'Earl de Plessis, proposeront les premiers fruits de leur collaboration. Ils organisent la vente Bon Temps et partenaires le vendredi 6 juillet à Genneteil, Maine-et-Loire (*).

Pour le Top génétique, la vente aux enchères est évidemment l'outil le plus efficace. Mais pour des animaux, moins séduisants par leur pedigree ou leurs performances réelles ou potentielles, la vente silencieuse est conseillée. Par exemple "à la bouteille", comme le montre la photo ci-dessous. Des bouteilles en plastique tiennent lieu d'urnes transparentes pour déposer les propositions d'achat. Elles sont relevées au bout d'une heure. Le meilleur prix proposé emporte l'animal, éventuellement après tirage au sort entre propositions identiques. Pour les animaux invendus, la vente repart pour un 2e cycle d'une heure. L'occasion tenter à nouveau sa chance.

Claude Charles a participé à la vente d'Izé en 2000 comme à la vente Greff quelques temps plus tard. L'an dernier, il était l'encanteur de la première vente de la Marnotte. "Les deux types de vente s'adressent à deux types d'éleveurs différents. Les uns apprécient l'adrénaline des enchères, les autres préfèrent le calme de la vente silencieuse". Et Claude Charles poursuit : "Organiser une vente silencieuse revient en pratique à alléger le catalogue de la vente aux enchères et d'en limiter la durée. Au-delà de trois heures, la concentration se relâche dans les gradins et parfois même à la tribune du côté encanteur et lecteur de pedigree".

Revenant sur le principe même de la vente de tout un troupeau : "On l'appelle aussi parfois vente dispersion. Mais vente diffusion serait plus juste car c'est toute une génétique qui est ainsi diffusée dans différents élevages. Le progrès a d'ailleurs toujours été basé sur l'échange, entre élevage comme entre continents".

(*) Pour les ventes prim'holstein Gaudart et Bon Temps voir PLM de juin.

Ci-contre, à la première vente simmental de la Marnotte où 230 vaches et génisses pleines étaient proposées dont 70 aux enchères. Au catalogue de la seconde vente le 19 juin, 90 génisses gestantes de haute valeur génétique. Voir le site simmentalfrance.fr.