Visiter plm-magazine.com
Contacter le magazine
S’abonner en ligne


La connexion Space-Swiss’Expo

22
jan
Aucun commentaire
Classé dans Exposition.

"La zone Space est une pépinière de championnes" commentait Giuseppe Beltramino à l'issue du concours du Space 2012. Ces propos du juge Italien viennent de se vérifier une nouvelle fois à la Swiss'Expo.

Délicieuse, grande championne holstein de la Swiss'Expo 2014 et réserve du pis, a été championne jeune du Space, précisément en 2012.

Galys-Vray, championne espoir de la Swiss'Expo 2014 et réserve du pis, était réserve championne espoir du dernier Space.

Cher-Betty, grande championne du Space en 2009, est devenue réserve grande championne de la Swiss'Expo quelques mois plus tard.

Atacama, championne jeune du Space en 2008, a été deux fois réserve grande championne de la Swiss'Expo. En 2011 derrière Castel Jolie championne d'Europe l'année précédente. En 2012 derrière Decrausaz O'Kalibra qui sera championne d'Europe l'année suivante.

DS Diode, venue d'Ille-et-Vilaine comme Délicieuse et Cher-Betty, a été championne intermédiaire de la Swiss'Expo en 2012.

Naisseurs et propriétaires

Délicieuse (Pagewire), née au Gaec le Rocher, Ille-et-Vilaine, appartient à Gobeli Holstein, Suisse.

Galys-Vray (Atwood), née au Gaec Vray Holstein, Loire-Atlantique, est la copropriété de Erhard et Mark Junker, de Thomas Stauf, Suisse, et de l'élevage Al.Be.Ro., Italie.

Cher-Betty (Goldwyn), née à la Scea des Landes, Ille-et-Vilaine, et Atacama (Stormatic), née au Gaec du Bon Vent, Morbihan, appartiennent à Erhard et Mark Junker.

DS Diode (Goldwyn), née chez Hubert de Saint-Jan, Ille-et-Vilaine, appartient à l'élevage Al.Be.Ro., Italie. Elle vient de remporter le championnat intermédiaire du National de Crémone.

Delicieuse

Délicieuse, grande championne de la Swiss'Expo 2014.

 

 

 

Naissance et persistance d’une vocation

7
mai
Aucun commentaire
Classé dans Exposition.

Damien Gaubert a conduit la championne DS Diode sur le ring de la Swiss'Expo le 14 janvier 2012. Mais il a passé l'essentiel de son temps en coulisses où il a clippé 17 animaux.

Chaque année, il intervient en France, Suisse, Belgique et, de plus en plus, Italie. A l'arrivée, un complément de revenu appréciable mais "coûteux" en temps passé et efforts déployés. Ce qui explique sans doute la "crise des vocations".

 

Le clipper doit, en effet, non seulement maîtriser l'art et la manière de préparer les animaux. Mais il doit aussi assumer les contraintes de travail imposées par le rythme du concours. La préparation commence souvent en ferme avant même l'expo puis s'intensifie sur place, sans temps morts et avec des nuits abrégées. Pour Damien, la ténacité est finalement la principale qualité d'un clipper. Savoir terminer au plus vite une vache tandis qu'une autre attend. Apporter le même soin à une vache dont chacun pressent qu'elle vise, au mieux, le milieu de section. Un métier passionnant mais qui suppose d'être soi-même passionné pour être exercé dans la durée. Damien Gaubert regrette que trop de postulants clippers arrêtent si vite.

 

Pourtant, il est lui-même entré dans le métier par hasard. En mai 2001, en stage chez Christine Lancien à l'Earl des Blés Noirs, il doit tondre un taureau vendu à un voisin. C'est la première fois qu'il prend une tondeuse mais le résultat devait être convenable puisque Christine Lancien "l'inscrit d'office" pour l'Ecole européenne des jeunes de Battice, en Belgique. Elle le préviendra seulement quelques jours avant le début des cours, trop tard pour annuler.

 

Au retour, Damien Gaubert va se former auprès de Pascal Ollivier, clipper pour les Côtes-d'Armor. "J'ai eu très vite la chance que des éleveurs me fassent confiance".

 

(*) Damien Gaubert, 30 ans, est technicien commercial Semex France sur les Côtes-d'Armor. Article publié dans la rubrique "Gens du lait" de PLM en février 2012.

 

Ci-dessous, Damien à la Swiss'Expo de Lausanne en janvier 2012.

Clippage Damien Gaubert

Une vitrine de la génétique française en Suisse

23
fév
Aucun commentaire
Classé dans Sélection.

Les éleveurs Suisses font confiance à la génétique française pour leurs investissements. En guise d'illustration : Atacama, réserve grande championne et réserve meilleur pis de la Swiss'Expo 2012. Si elle conserve le préfixe de son naisseur Morbihannais, le Gaec du Bon Vent, elle appartient maintenant aux frères Junker, canton de Berne.

Autre exemple : la grande championne de cette expo, la vache Decrausaz Iron O'Kalibra, possède aussi des origines françaises comme le raconte PLM de février. Sa grand-mère est née à la Ferme de Bezenand dans l'Ain puis entrée en Suisse à l'âge de six mois.

Lausanne a été le point de départ de ces échanges. La Swiss'Expo est en effet reconnue aujourd'hui par les éleveurs et les généticiens du monde entier comme le plus grand show open d'Europe. Quelle opportunité pour les éleveurs Français passionnés de concours de pouvoir comparer leurs meilleures femelles holsteins à ce qui se fait de mieux chez nos voisins Suisses.

Le déclic s'est produit en 2005 avec un "jumelage" entre la Swiss'Expo et Eurogénétique. A la Swiss'Expo, 16 prim'holstein de l'Est de la France sont descendues à Lausanne et remontées avec cinq prix de catégorie, les titres de mention honorable grande championne de Tentative (Gibson) au Gaec de la Coumière, Haute-Marne, et celui de championne génisse d'Ultra du Tombuy (Champion) copropriété d'Alliance Holstein des Gaec Derrière la Tour et Tombuy, Meuse.

Les Français avaient fait fort au match aller à Lausanne. Les Suisses allaient relever le défi au match retour à Epinal. Ils remportent eux aussi cinq sections. S'y ajoutent des prix de championnat pour Castel James Fleur, Morandale Swatch Britney, Morandale Kite Bretagne. Et pour Indienne d'Avril (Gord Gene). Née en France, puis vendue en Suisse aux frères Rey, Indienne d'Avril figure parmi les ambassadrices les plus célèbres de la génétique française. Après son succès de Paris en 2000, elle enrichira son palmarès en Suisse. Elle sera suivie par deux lauréates du Space : Atacama et Cher-Betty dont l'histoire s'écrit toujours.

Entre France et Suisse, une collaboration fructueuse. D'un côté, un réservoir génétique inépuisable. De l'autre, une passion et un savoir-faire reconnus. Et vous, qu'en pensez-vous ?