Visiter plm-magazine.com
Contacter le magazine
S’abonner en ligne


Quand les troupeaux « passent au rouge »

25
avr
Aucun commentaire
Classé dans Sélection.

De plus en plus de veaux naissent et naîtront rouges. Sur la zone Créavia de l'Ouest de la France, les inséminations avec des taureaux rouges ont progressé de 14,8% entre les campagnes 2010 et 2011. Pour partie avec des taureaux red holstein, en particulier sans corne. Pour l'essentiel avec des taureaux pie rouge des Plaines dont les "produits" peuvent maintenant être inscrits sous le code 66 de la prim'holstein. Un atout dont sont privés les veaux issus de croisements avec la rouge suédoise, la rouge danoise ou la montbéliarde. Estampillés code 39, ces derniers n'entrent plus dans la chaîne de la création génétique.

Surtout, les atouts fonctionnels recherchés dans les croisements suédois, danois ou montbéliards se retrouvent avec les taureaux pie rouge. Des taureaux issus pour l'essentiel de deux pays à forte population rouge, les Pays-Bas et l'Allemagne, où la rusticité et la santé sont mis en avant. S'y ajoute le taux protéique, caractère recherché en France et toujours bien présent dans la pie rouge.

Et puis la science fait bien les choses, avec la génomique et la découverte du gène acère (sans corne). Ainsi, la sélection génomique vient enrichir le catalogue de taureaux rouges disponibles.

Des pères à taureaux sans cornes comme Lawn Boy et Lypoll, sont eux-mêmes rouges. Aujourd'hui, des taureaux hétérozygotes donnent 50 % de veaux sans cornes rouges ou facteur rouge. Sont attendus prochainement (à Créavia notamment) des taureaux homozygotes avec 100 % de veaux sans cornes. De quoi faire rougir un peu plus le troupeau prim'holstein.

 

La Suisse possède l'un des tout meilleurs troupeaux red holstein au monde (ci-dessous, à la Swiss'Expo).