Visiter plm-magazine.com
Contacter le magazine
S’abonner en ligne


Préfixes et suffixes s’affichent

23
juin
Aucun commentaire
Classé dans Sélection.

Affixe"Ton nom est écrit sur ta vache" aiment à dire les amateurs de concours, tant pour se féliciter des succès que pour déplorer les échecs. Avec l'officialisation de l'affixe, "nom commun" au préfixe et au suffixe, l'image se rapproche de la réalité.

Les éleveurs vont en effet pouvoir déposer le préfixe ou le suffixe de leur choix. Cet affixe sera protégé, exclusif, et suivra les animaux toute leur vie. Il sera présent sur tous les documents officiels : pedigree, fiche individuelle… Il apparaîtra sur les pancartes et les palmarès des concours.

Autrement dit, l'ensemble nom et affixe deviendra l'état civil officiel de l'animal. Aux dix cases habituelles pour inscrire le nom, s'ajouteront 15 cases supplémentaires pour le préfixe ou le suffixe.

Coût de l'opération. Après une offre de lancement de 50 euros, l'inscription sera de 65 euros par numéro de cheptel. S'ajoutera à ce droit d'entrée un abonnement annuel de 10 euros par élevage. L'ensemble étant destiné à la gestion des fichiers.

Avant le 30 septembre

Pour cette année de lancement, les demandes d'affixe sont à déposer auprès de Prim'Holstein France avant le 30 septembre dernier délai (voir site primholstein.com). Elles seront ensuite transmises à l'association Races de France (ex-France Upra) chargée de l'instruction des dossiers et de l'enregistrement des affixes.

Des risques de doublon existent, plusieurs élevages pourront demander le même affixe. L'attribution sera alors fonction de la date de dépôt du dossier à PHF selon le principe : premier arrivé, premier servi. Une exception concerne les élevages dont l'affixe est déjà connu et régulièrement utilisé. : ils garderont la priorité d'inscription jusqu'au 30 septembre. Si leur demande n'a pas été envoyée à cette date, ils seront soumis à la règle commune à compter du 1er octobre.

Précision : un affixe pourra être utilisé sans inscription au fichier mais ne sera pas protégé. Et pourra être attribué à un autre éleveur qui en ferait la demande.

A partir de janvier 2015, tous les animaux nés dans l'élevage porteront l'affixe.

Hors frontières

Quand Du Bon Vent Atacama gagne en Suisse. Quand DS Diode se distingue en Suisse et en Italie. Quand Ashlyn Vray se distingue partout où elle passe… Les préfixes sont alors autant de rappel des élevages naisseurs, respectivement : le Gaec du Bon Vent, Morbihan, l'élevage de Saint-Jan, Ille-et-Vilaine et Vray Holstein, Loire-Atlantique.

 

 

Accoupler son troupeau à l’heure de la génomique

25
avr
Aucun commentaire
Classé dans Sélection.

Dommage collatéral de la génomique : une avalanche de taureaux disponibles. A l'éleveur de s'y retrouver, tout en gérant la consanguinité. Une gestion devenue impossible à effectuer"de mémoire" en raison de l'inflation de taureaux. Et nécessitant l'utilisation de logiciels comme celui proposé par Prim'holstein France.

 

Cet afflux de taureaux coïncide avec la nouvelle place prise par les fonctionnels. Des caractères mieux connus qu'avant grâce à la fiabilité supplémentaire apportée par la génomique. Mais des caractères plus difficiles à apprécier qu'une quantité de lait ou qu'une hauteur au sacrum. Ce qui ajoute à la complexité du problème.

 

Mais "un problème bien posé est déjà à moitié résolu" dit le proverbe. Pour cela, commencer par bien définir ses besoins, les postes clés à améliorer dans son troupeau. Ensuite, choisir les taureaux qui répondent à l'objectif recherché. Taureaux français et étrangers. Seniors confirmés ou 100% génomiques

 

Confirmés ou génomiques ? Les premiers, a priori sans surprise, pour assurer le bon niveau du troupeau. Les seconds pour bénéficier de la génétique la plus récente, et aussi parier sur un futur crack éventuel.

 

Résultat visible dans la cuve : une répartition 50/50 entre les deux gammes de taureaux. Avec des doses de génomiques plus diversifiées pour limiter les risques de mauvaise pioche et augmenter les chances de jackpot.

 

Conséquences sur le planning d'accouplement : fini le document annuel, établi en une seule fois pour l'ensemble de la campagne d'insémination. Place au listing réajustable à chaque nouvelle indexation.

 

Quant aux achats de doses, à renouveler régulièrement. Fini le temps où des éleveurs pouvaient faire leur course une fois par an sur un Salon. C'était avant…

 

 

 

Vache de l’année, largement une affaire d’adultes

14
nov
Aucun commentaire
Classé dans Exposition.

Le succès du concours "Vache de l'année" se mesure déjà au nombre d'inscrites : 503 noires et 43 rouges. Dans le détail, en noir : 129 jeunes en 1ère et 2e lactation. Et 374 adultes en 3e lactation et plus.

Dans cet impressionnant listing, quelques stars connues sur les rings. Ou bien présentes dans différents palmarès de production ou de morphologie. Mais, pour la très grande majorité de ces concurrentes, c'est la "première sortie". Leur baptême du feu médiatique sur le ring d'Internet.

Même pour ce concours d'un type nouveau, les modalités de choix restent classiques : les propriétaires ont "sorti" leurs préférées, celles qu'ils veulent "exposer" devant leurs collègues éleveurs. Non seulement avec l'espoir du meilleur classement possible mais avec l'objectif d'étalonner leurs meilleures vaches en se comparant aux autres.

Un concours, mais pas un show. La Vache de l'année sera celle qui possède le meilleur potentiel économique, déjà exprimé ou encore en gestation : lait et taux, matière protéique par jour de vie, comptage cellulaire, intervalle vêlage-vêlage, ou encore note globale…(voir document ci-dessous).

Contrairement à d'autres concours, celui-ci ne fait pas la part belle aux jeunes vaches. La suprématie des adultes est même écrasante, avec trois quarts des concurrentes. Si un jeune animal plein de promesses fait toujours rêver l'éleveur, c'est l'adulte confirmée qui apporte les plus grandes satisfactions.

A cet engouement des éleveurs pour inscrire des animaux, répond l'engouement des visiteurs-électeurs comptabilisés à un haut niveau par Prim'holstein France. Et le scrutin continue sur le site primholstein.com. Votez.

Les postes jugés.

 

A bon catalogue, bonne vente

1
août
Aucun commentaire
Classé dans Non classé.

La vente Bon Temps a demandé beaucoup de…temps. Une telle opération se programme sur plusieurs années. Ce n'est pas un "résultat" comme peut l'être logiquement une vente de cessation d'activité. Mais suppose réflexion, préparation et choix minutieux.

Construire un catalogue attrayant suppose de collecter ses meilleurs animaux avec différents taureaux pour élargir la gamme proposée. Suppose de les accoupler avec les taureaux à la mode aujourd'hui, et si possible toujours d'actualité demain. D'où l'utilisation précoce des meilleurs taureaux génomiques pour pouvoir présenter aux acheteurs, selon la formule consacrée, " l'une des toutes premières filles de …". Par exemple de Brawler, Snowman, Trigger, Artes, Eskaman, Detox, Van Gogh, Stanley Cup, comme à la vente Bon Temps. Cerise sur le gâteau : BTS Aeva, prix record de la vente à 29 500 euros, était non seulement une "première fille de Detox" mais aussi, comme le précisait le catalogue, "la première fille rouge d'Aïka en vente" (*).

Dans le même esprit d'exclusivité et d'anticipation, l'importation ciblée d'embryons donnera des génisses "rares" par leurs origines. Un bon argument commercial.

Tout ce travail de fond peut encore être bonifié par l'innovation dans la forme même du catalogue, en particulier au niveau de la présentation des index. Par exemple, le génotypage des mêmes femelles en France, aux Etats-Unis et au Canada intéresser autant les habitués de l'Isu français que ceux du TPI américain ou de l'IPV canadien. Certes, tel animal a pu se révéler mieux "noté" selon deux méthodes (la française et la canadienne) que selon la troisième (américaine). Mais globalement, aucune "dissonance"  n'a été relevée. Au contraire, la Top prix BTS Aeva était indexée à 170 en Isu, 2256 en GTPI et 2561 en IPV.

A l'heure du bilan, au soir du 6 juillet : neuf femelles sont parties à l'étranger. Les autres vers 22 départements français. Objectif atteint.

 

 

(*) KHW-I Aika Baxter est une fille de KHW Goldwyn Aiko et une petite-fille de Kamps-Hollow Altitude (Durham). Cette dernière est aussi la mère de KHW Regiment Apple Red, grande championne red holstein à Madison l'an dernier.

 

Photo ci-dessus : sur l'écran, le prix (record) atteint par BTS Aeva aux enchères conduites par l'encanteur Suisse Andreas Aebi.

 

 

 

 

 

Opération diffusion réussie

3
juil
Aucun commentaire
Classé dans Sélection.

Pour une vente, les chiffres les plus significatifs ne sont pas forcément les résultats des enchères. La vente de génisses gestantes simmental du Gaec de la Marnotte, Haute-Marne, a certes atteint les 1790 euros pour les 42 lots en vente silencieuse, et 2495 euros pour les 51 lots aux enchères (avec un record à 3850 euros).

Mais l'information principale se niche dans la répartition des animaux vendus : 44 acheteurs de 19 départements. Dont 15 acheteurs repartis avec une seule génisse. L'opération diffusion annoncée dans le Blog du 15 juin a donc été menée à bien (voir ci-dessous : "Vente totale, vente dispersion ? Vente diffusion").

Animateur de la vente, Claude Charles précise : "Les éleveurs ne viennent pas chercher des animaux pour agrandir leur troupeau. Ils recherchent de la bonne génétique, attirés à la fois par le niveau et par la réputation du Gaec de la Marnotte. En fin de journée, tandis que le vendeur peut être satisfait d'avoir bien valorisé son travail, l'acheteur repart confiant dans l'investissement effectué".

Prochain et dernier épisode de la dispersion du troupeau de la Marnotte : en 2013, pour un ultime lot de génisses gestantes. Une chance supplémentaire pour les 16 acheteurs qui, sur les 60 inscrits cette année, sont repartis bredouilles…

Quatre jours après la vente simmental en ferme de Balesmes-sur-Marne, et à 70 km de distance, se déroulait la traditionnelle vente brune de Châtillon-sur-Seine, Côte-d'Or. Une race différente, mais surtout un contexte différent : cette fois, différents éleveurs sélectionneurs venaient proposer leurs meilleurs sujets à des acheteurs de toute la grande façade Est de la France.

Les 28 génisses et vaches proposées le samedi 23 juin sont parties à la moyenne de 2373 euros. Une moyenne très proche de celle calculée sur les trois années précédentes : 2283 euros. Le prix record de 3 600 euros revient à Futée (Vigor xPrince) proposée par l’Earl des Brumonts et Michel Cuenot, Côte-d'Or.

 

Ci-contre, pendant la vente simmental au Gaec de la Marnotte, Haute-Marne. Au total, 60 acheteurs s'étaient inscrits avant la vente. Dont 15 ont acquis une seule génisse. Mais 16 sont repartis bredouilles.

 

 

 

 

L’apprentissage collectif ou l’aléa de méiose

31
mai
Aucun commentaire
Classé dans Exposition.

Prenez 5 à 7 garçons et filles, d'autant de départements. Jeunes (15 à 20 ans) et inexpérimentés. Une fois réunis, vous obtenez la composition exacte de chacune des cinq équipes en compétition au récent "Presti'Jeunes" de Besançon.

Complication supplémentaire : les performances individuelles étaient créditées exclusivement au bénéfice de l'équipe. "On gagne ensemble, on perd ensemble", selon la formule habituelle en sports collectifs (*).

Bien que constitués de façon aléatoire, ces groupes se sont tout de suite révélés opérationnels. "Quand on ne se connaît pas, on n'a pas d'a priori des uns vis-à-vis des autres et aucun clan n'existe. Chacun aura à faire ses preuves. On veut alors se mettre tout de suite au travail". Appréciable quand le programme proposé est consistant, avec de la pratique : préparer les génisses, les présenter, les commenter. Mais aussi de la théorie : cours sur le pointage, la présentation et le jugement, informations sur la race

Ces jeunes sont maintenant prêts à prendre leur place sur les concours. Par exemple, à accompagner la génisse ou la vache d'un voisin peu disponible pour sortir sa future championne…Pour autant, ceux qui voudront franchir un palier devront suivre une formation complémentaire. Par exemple en travaillant sur les expos parrainés par un clipper professionnel. Ils devront s'astreindre à préparer, jour et nuit, les vaches les unes après les autres.

En attendant, avec Presti'Jeunes, ils auront appris à réfléchir ensemble, à travailler en groupe. Un état d'esprit qu'ils chercheront à reproduire sur les concours départementaux et régionaux. Et surtout dans leur future vie professionnelle d'éleveurs. On gagne ensemble.

(*) Lors de la vente normande PMS les 5 et 6 juillet, l'association des jeunes éleveurs de la race proposera une animation avec des équipes également constituées de façon aléatoire.

Ci-dessous, l'une des épreuves du 1er Presti'Jeunes qui s'est déroulée à Besançon, dans le cadre du Montbéliard Prestige les 16 et 17 mai.

 

 

 

Une vitrine de la génétique française en Suisse

23
fév
Aucun commentaire
Classé dans Sélection.

Les éleveurs Suisses font confiance à la génétique française pour leurs investissements. En guise d'illustration : Atacama, réserve grande championne et réserve meilleur pis de la Swiss'Expo 2012. Si elle conserve le préfixe de son naisseur Morbihannais, le Gaec du Bon Vent, elle appartient maintenant aux frères Junker, canton de Berne.

Autre exemple : la grande championne de cette expo, la vache Decrausaz Iron O'Kalibra, possède aussi des origines françaises comme le raconte PLM de février. Sa grand-mère est née à la Ferme de Bezenand dans l'Ain puis entrée en Suisse à l'âge de six mois.

Lausanne a été le point de départ de ces échanges. La Swiss'Expo est en effet reconnue aujourd'hui par les éleveurs et les généticiens du monde entier comme le plus grand show open d'Europe. Quelle opportunité pour les éleveurs Français passionnés de concours de pouvoir comparer leurs meilleures femelles holsteins à ce qui se fait de mieux chez nos voisins Suisses.

Le déclic s'est produit en 2005 avec un "jumelage" entre la Swiss'Expo et Eurogénétique. A la Swiss'Expo, 16 prim'holstein de l'Est de la France sont descendues à Lausanne et remontées avec cinq prix de catégorie, les titres de mention honorable grande championne de Tentative (Gibson) au Gaec de la Coumière, Haute-Marne, et celui de championne génisse d'Ultra du Tombuy (Champion) copropriété d'Alliance Holstein des Gaec Derrière la Tour et Tombuy, Meuse.

Les Français avaient fait fort au match aller à Lausanne. Les Suisses allaient relever le défi au match retour à Epinal. Ils remportent eux aussi cinq sections. S'y ajoutent des prix de championnat pour Castel James Fleur, Morandale Swatch Britney, Morandale Kite Bretagne. Et pour Indienne d'Avril (Gord Gene). Née en France, puis vendue en Suisse aux frères Rey, Indienne d'Avril figure parmi les ambassadrices les plus célèbres de la génétique française. Après son succès de Paris en 2000, elle enrichira son palmarès en Suisse. Elle sera suivie par deux lauréates du Space : Atacama et Cher-Betty dont l'histoire s'écrit toujours.

Entre France et Suisse, une collaboration fructueuse. D'un côté, un réservoir génétique inépuisable. De l'autre, une passion et un savoir-faire reconnus. Et vous, qu'en pensez-vous ?