Visiter plm-magazine.com
Contacter le magazine
S’abonner en ligne


La Nuit de la Holstein en fête pour ses 20 ans le 14 mars

25
fév
Aucun commentaire
Classé dans Sélection.

"Un condensé de la Swiss'Expo de Lausanne". Alain Hogge reprend à son compte la formule entendue d'un éleveur belge qui a fréquenté les deux concours. Cadre à l'Association Wallonne de l'élevage, Alain Hogge a lui-même jugé les red holstein puis les holstein à Lausanne. Et aussi des concours dans toute l'Europe, en Afrique du Nord et au Canada, ce qui lui donne une "vue d'ensemble" des concours. Il poursuit : "La Nuit met en valeur les animaux en leur offrant un cadre prestigieux et festif. Mais les vaches restent bien le centre d'intérêt de la soirée, du début à la fin. Elles sont préparées et présentées de la façon la plus professionnelle qui soit. Quant aux visiteurs, ils sont accueillis dans les meilleures conditions pour suivre le concours de façon conviviale, autour d'un ring magnifique, bien éclairé, avec un accompagnement musical agréable".

La Nuit de la Holstein est née à Neufchâteau, au sud-est de la Belgique, dans la province de Luxembourg, la moins laitière de Belgique. Alors, pour attirer les éleveurs-exposants comme les éleveurs-visiteurs, le cadre devait d'être le plus séduisant possible. Mais, pour ces professionnels, la musique, les fumigènes et la sciure verte du ring ne suffisent pas. Pour eux, la qualité des animaux doit primer. C'est d'ailleurs la clé du succès durable de la Nuit de la Holstein qui va fêter ses 20 ans le 14 mars, et de la Swiss'Expo qui tiendra sa 20e édition en janvier 2016.

Au cœur de l'Europe, la Belgique attire facilement ses nombreux voisins. Ceux-ci sont d'abord venus comme simples visiteurs, ou comme juge avec le Français Michel Hersigny lors la 1ère édition. Puis les éleveurs de la province de Luxembourg ont accueilli leurs voisins de Namur (avec transfert du concours à Libramont en 1998). Viendront ensuite successivement des exposants de toute la Wallonie, de la Flandre Belge, des Pays-Bas et du Luxembourg. Pour les 20 ans, les exposants français, de l'Ouest et de l'Est, s'annoncent en force. Une Swiss'Expo en condensé, on vous dit.

(*) Dans PLM d'avril, la Nuit de la Holstein de 1995 à nos jours.

Sent (1)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Nuit de la Holstein 2015 se déroulera le samedi 14 mars à partir de 18h, à l'étage du nouveau Hall construit à Libramont. Les animaux seront seront jugés par Alain Hogge. Ce sera aussi une répétition pour le Championnat d'Europe 2019 qui se déroulera sur ce même site habitué à accueillir des dizaines de milliers de visiteurs lors de la Foire de Libramont chaque année fin juillet.

 

L’école des filles

17
juil
Aucun commentaire
Classé dans Exposition.

Blog Pauline WalterLe palmarès 2014 de l'Ecole des jeunes Prim'Holstein France fait la part belle aux jeunes femmes : Pascaline Maô l'emporte devant EmmanuelleGérel. Elle est aussi championne du clippage devant Pauline Walter (photo PHF ci-contre). Et 2e du concours de présentation derrière Emmanuelle Gérelle. Des "podiums très féminins" selon la formule des organisateurs qui ajoutent : "Une promotion où les filles auront su s’imposer dans tous les championnats",

En 2011, Céline Le Roux avait ouvert la voie en étant la première fille à remporter le titre de meilleure jeune de l'Ecole, tandis que Manuela Carpentier était meilleure clipper. L'an dernier, Femke Schuttert avait remporté le prix de clippage et Astrid Le Barillec était 2e du classement général.

Au Show Open Génisses 2014 à Saint-Etienne, Alice Decheppe et Alexia Roffat avaient remporté chacune leur catégorie d'âge au concours de présentation prim'holstein. Et en montbéliarde, les trois prix étaient revenus à Héloïse Blanchet, Cyrielle Barbier et Carolane Dessery,

Cette année, au récent Montbéliard Prestige, les lauréates du concours jeunes ont été Victoria Vuaillat et Elodie Whal. Quant à Constance Froger, elle a pris la 2e place du concours de jeunes présentateurs du National de Fougères en juin. Rappelons aussi que la première lauréate du 1er concours de présentation normande, au Space 2012, avait été Marie-Angelina Pichereau,

De plus en plus présentes auprès des génisses, elles se distinguent aussi au licol des vaches. L'an dernier, Anke Schuttert avec Bel Fionna meilleure française du Championnat d'Europe holstein de Fribourg. Fanny Runval avec Fantasia réserve grande championne du National brun. Audrey Duthel avec Elyxir grande championne du Sommet de l'élevage. Au National de Fougères, Pauline Durand conduisait Duf Francisco la championne jeune. A l'étranger,  Monique Rey et Erica Ryneveld sont connues bien au-delà des frontières de la Suisse et des Pays-Bas.

Ces quelques exemples indiquent une tendance, celle de la "prise en main des licols" par un nombre croissant de jeunes femmes. Mais difficile d'en tirer des lois statistiques car l'échantillon est trop réduit. Reste la préparation des animaux où Monique Rey et Erica Ryneveld sont très présentes également, tout en restant encore des exceptions. Mais Pauline Durand et d'autres encore s'y mettent à leur tour.

Fougères accueille le National 29 ans après le Spécial

11
juin
Aucun commentaire
Classé dans Exposition.

Fougères est l'une des 34 villes d'accueil du Spécial ou National. Elle est l'une des six villes à l'organiser deux fois, avec Compiègne, Sedan, Tours, Quimper, Angers. Cas particulier : Libourne. Prévu en mai 1968, le Spécial fut reporté à l'année suivante pour "cause d'événements".

Le record est détenu par Reims qui a organisé cinq fois le Spécial de la race frisonne entre 1953 à 1960. Morlaix est la seule ville à avoir connu trois éditions : 1980, 1987 et 1997.

Au total, le Spécial/National s'est déroulé dans 28 départements. Les quatre départements bretons l'ont accueilli à dix reprises. Dont cinq fois pour le Finistère avec Morlaix (3) et Quimper (2).

Au "Spécial" de Pontivy en 1995 a succédé le "National" de Morlaix en 1997. Un simple changement de forme : le terme National est davantage…international. Précision apportée par Jean Cottineau, longtemps responsable des techniciens Upra et des concours nationaux : Paris accueille le concours général, c'est à dire ouvert à toutes les races dans le cadre du Salon de l'Agriculture. En revanche, un concours Spécial est "spécialement" réservé à une seule race.

Outre ce changement de nom, quelques autres ruptures. Arrivée du juge unique à Fougères en 1985. Record de participation à Guingamp en 1991 avec 569 vaches. Limitation à deux jours d'expo à Pontivy en 1995. Abandon de la note laitière à Angers en 2003. Suppression des sections de vaches taries à Cherbourg en 2006. Premier National prim'holstein rouge à Lezay en 2010.

Au programme du National 2014

Vendredi 13 juin :

- de 11h à 17h, concours Espoirs avec prix de mamelle et de championnat à partir de 16h15.

- de 17h à 20h30, concours Jeunes avec prix de mamelle et de championnat à partir de 20h.

Samedi 14 juin :

- de 10h à 11h45, concours Rouge avec prix de mamelle et de championnat à partir de 11h20.

- de midi à 14h, lot d'élevage, prix de famille et challenge interrégional.

- de 14h à 20h30, concours Adultes avec prix de meilleure laitière, de meilleure mamelle et de championnat à partir de 19h. Vers 20h10, prix de meilleur éleveur et de grande championne.

Dimanche 15 juin. De 12h à 14h30, concours jeunes présentateurs. A 15h30, défilé des animaux primés.

Jeff, Philippe, Jean

Jean Cottineau (à droite) responsable des inspecteurs Upra de 1970 à 1987. Philippe Charrier (au centre) lui a succédé jusqu'en septembre 1993. Il a lui-même été remplacé par Jean-François Saluden (à gauche) devenu éleveur en 1999. Ici, lors d'une journée Gènes Diffusion l'été 1997.

 

 

Forte mobilisation pour le National de Fougères

30
mai
Aucun commentaire
Classé dans Exposition.

Si les statistiques ne mentent pas, près de 450 vaches devraient être présentes au National de Fougères, Ille-et-Vilaine, les 13 et 14 juin. Une "projection" basée sur les précédents Nationaux auxquels environ 60% des inscrites ont participé. Conclusion de la calculatrice : 60% de 739 "candidates" (696 noires et 43 rouges) donnent 443 concurrentes.

 Affiche

Une participation alors comparable à celles de Rouen en 1992 avec 455 vaches, d'Alençon en 2002 avec 461 vaches. Un peu supérieure à celle de Saint-Brieuc en 2009 avec 408 vaches. Mais assez loin du record établi à Guingamp en 1991 avec 569 vaches. Comme le précisait PLM de septembre 1991 : "297 exposants de 34 départements, 569 animaux présents répartis en 48 sections : de mémoire d'adhérent Upra on n'avait jamais vu cela pour un concours spécial".

 

A Fougères, la Bretagne fournira le plus fort contingent de concurrentes. Elle a inscrit 394 vaches (53% du total), dont 204 pour l'Ille-et-Vilaine, le département d'accueil.

 

Les Pays-de-la-Loire voisins constitueront la 2e délégation, devant Rhône-Alpes. La représentation du Nord-Pas-de-Calais sera symbolique pour cause de concurrence avec l'interrégional prim'holstein de Terres en fête.

 

Sur le ring du concours prim'holstein noir, les filles de Shottle devraient avoir la majorité relative comme elles l'ont déjà au catalogue : 51 inscrites. Devant Sanchez 39, Goldwyn 33 et Damion 21 . Viennent ensuite :Windbrook 19 filles, Atwood et Talent 17 chacun. A part ces poids lourds, le reste des origines est assez diversifié. Pour les taureaux français : Ulier Cham est en tête avec 7 filles, devant Afran Ger, Restell et Roumare 6 chacun. Côté grand-père maternel Goldwyn avec ses 52 petites-filles devance Shottle 33, assez loin devant Bolton 18 et Talent 17.

 

En rouge, les origines sont très diversifiées. Avec 3 filles chacun : Classic, Destry et Savard. Avec 5 petites-filles : Rustler et Talent.

 

A noter au catalogue : Capture (Lonard) au Gaec Holstein de la Bretonnière, Manche, petite-fille du taureau…Fougère.

 

 

 

La valeur n’attend pas le nombre des années

23
avr
Aucun commentaire
Classé dans Exposition.

"C'est un classement un peu particulier d'aller chercher la primipare". Si c'est le juge lui-même qui le dit…

Pourtant, Alain Hogge n'a pas '"innové" en accordant le titre de grande championne d'Eurogénétique et du Challenge France à Goldblack née fin août 2011. Des précédents existent, en particulier avec deux très jeunes grandes championnes du Space. En 1998, avec Miracle (Bellwood x Mascot) à l'Earl Chupin, Finistère. En 2004, avec Tonus (Gibson x Lee) au Gaec Crézé, Côtes-d'Armor. Toutes les deux alors âgées d'un peu plus de 29 mois.

Pour le juge du Space 1998, Rémy Leyrat, Corrèze, Miracle s'impose très vite : "Le niveau de la 1ère section était à la fois très relevé et homogène. A l'exception d'une vache qui se détachait nettement : Miracle". Il ajoute : "Miracle est une vache pleine de qualités avec, par-dessus tout, une incomparable élégance". Et conclut : "J'avoue avoir été content de choisir une jeune vache parce qu'elle symbolise l'avenir".

Dix-huit mois plus tard, au Championnat d'Europe holstein 2000 à Bruxelles, Miracle remportera sa section avant de partir en Allemagne où elle sera championne régionale de Saxe et 1ère de section au National. Devenue mère à taureau, son fils le plus connu est Delight (Decision).

Quand il a choisi Tonus, le juge Bertrand Humblot, Vosges, évoque notamment la solidité de son squelette, son caractère laitier et son élégance. Devenue la propriété de l'Eurl P h Deru, Haute-Marne, et de l'élevage suisse Rey Holstein, Tonus sera réserve championne jeune de Paris en 2007 et, dans la foulée, 1ère de section à Eurogénétique. L'année suivante, 2e de catégorie à la Swiss'Expo de Lausanne.

Dans la pratique, le "titre des titres" revient trois fois sur quatre à la championne adulte. Et, donc, près d'une fois sur quatre à la championne jeune ou intermédiaire. Au juge de décider s'il fait un pari sur l'avenir ou s'il préfère couronner une carrière.

Même si le choix final de la primipare reste marginal, ce n'était décidément pas le cas cette année à Eurogénétique. En montbéliarde, c'est aussi l'espoir qui est devenue grande championne : Gabèle (Urbaniste) au Gaec des Genets, Ain, âgée de 39 mois. C'est également une primipare, Georgie (Urocher), qui est devenue à 29 mois grande championne du National montbéliard 2013 à Cournon. Elle a remporté sa section à Paris en février dernier.

Goldblack du TombuyPour en revenir à Goldblack, elle était aussi le "premier choix du public". Un spectateur commentait : elle ne domine pas le concours, elle le survole. Elle a eu le mérite d'être en forme en début de matinée comme en fin d'après-midi. Alain Hogge soulignait d'ailleurs : "il y a des heures de lait dans cette mamelle et elle n'a pas bougé". Un handicap commun à toutes les primipares sur les grands (et longs) concours.

Goldblack avait déjà été repérée en janvier dernier, à la Swiss'Expo de Lausanne où elle était l'une des cinq finalistes du championnat jeune. Quelques semaines plus tard, elle sera championne jeune du concours général de Paris. A chaque fois, seront soulignés ses atouts : aucun défaut et grand potentiel. Des qualités bien exprimées : développement, solidité avec en particulier une rectitude du dessus exceptionnelle, mamelle remarquable au niveau des attaches et de la structure. Pour autant, Goldblack reste une "espoir" avec encore une bonne marge de progression.

Photo ci-dessus : Goldblack au Salon de l'Agriculture fin février.

(*) En tant que juge, Jean-Baptiste Decheppe apprécie lui aussi les primipares. Au Régional Prim'Ho-Centre en 2009,il avait désigné Bonie (Shottle x Cousteau) grande championne. Cette vache appartenant à Pascal Caron, Eure-et-Loir. Bonie connaîtra les joies du podium au National du Mans et sera grande championne départementale.

 

Libramont, capitale d’Holstein Benelux

27
mar
Aucun commentaire
Classé dans Exposition.

D'abord connue pour son horaire atypique, la Nuit de la Holstein est progressivement montée en gamme. Partie des provinces de Namur et de Luxembourg, elle a d'abord touché l'ensemble de la Belgique puis ses deux partenaires du Benelux, les Pays-Bas et le Luxembourg. Pour le 20e édition en 2015, des vaches françaises et allemandes seront invitées. Elles trouveront dans la nouvelle halle de Libramont le cadre propice à un concours européen. Avec des garanties sanitaires équivalentes à celles qui étaient assurées lorsque le Championnat d'Europe holstein se déroulait à Bruxelles.

 

Le 15 mars dernier, 120 animaux ont concouru, dont 22 du Grand Duché du Luxembourg. A l'arrivée, Floreta de l'Herbagère emporte le prix de grande championne. Cette fille de Goldwyn est également grande championne du pis. Et aussi championne intermédiaire, devant Failue de l'Herbagère (Savard). Cette dernière est par ailleurs championne du concours red holstein, devant Gravure de l'Herbagère (Durham Red). Question subsidiaire : qui a remporté le prix du meilleur élevage ? C'est bien évidemment celui de Maurice Moureaux et de son fils Urbain. Un élevage régulièrement présent sur les concours belges, mais aussi à l'étranger. Directement ou avec des animaux portant le préfixe l'Herbagère. Par exemple, en 2011 en Suisse, deux filles deLherbagere Goldwyn se sont distinguées au National de Bulle. Benjamine de l'Herbagère à Marc et Erhard Junker : mention honorable grande championne. Debalacée de l'Herbagère à GS Alliance : championne junior. L'année suivante, à la Swiss'Expo, Debalacée sera mention honorable du championnat intermédiaire puis remportera sa section du National de Bulle. Toujours en Suisse, mais cette fois dans le cadre du Championnat d'Europe de Fribourg, Floreta terminera 4e de sa section (photo ci-dessus, Maurice Moureaud, son fils Urbain au licol de Floreta de l'Herbagère et la juge Québécoise Mélanie Boulet).

 

L'autre grand vainqueur de la Nuit 2014 est l'élevage du Luxembourg qui remporte le Trophée du Benelux et le prix Beauté-Utilité avec Bahia 505 (Marion) appartenant à Three Star Holstein. Malgré son effectif holstein limité mais grâce à la dynamique créée par le concours national et la vente internationale d'Ettelbrück en juillet, le Luxembourg expose de plus en plus régulièrement ses meilleurs animaux avec succès. Dernier exemple en date : le 15 mars également, MLR Myrana (Atwood) à l'élevage Mathay a remporté un concours régional en Allemagne. Elle est la fille (noire) de la célèbre rouge CHH Mylene (Talent), championne adulte du Championnat d'Europe red holstein à Crémone en 2010.

 

Ci-dessous, le centre des congrès et des expos de Libramont, Belgique.

Le nouveau centre d'expositions et de congres

 

Le public et les jeunes, acteurs du concours de Paris

3
mar
Aucun commentaire
Classé dans Exposition, Non classé.

Des juges communicants et des jeunes omniprésents sont les points communs des concours montbéliard, normand et prim'holstein du Salon de l'agriculture 2014.

Pour communiquer, il faut être (au moins) deux. Sur le ring de Paris, Nicolas Robert, Denys Lerévérend et Joseph Le Tinnier ne "parlaient pas au micro". Ils s'adressaient à des spectateurs vraiment attentifs au déroulement des opérations de jugement.

A l'époque du "grand ring", les gradins étaient souvent pris d'assaut par les visiteurs-touristes désireux de faire une pause. Surtout vers midi. Certains animateurs de race s'étaient adaptés à ce public de circonstance. Ils en profitaient pour faire de la pédagogie auprès des "Parisiens", les informer sur la race et sur l'actualité laitière.

Maintenant, les juges ont pour seuls soucis d'expliquer leurs choix et de bien mettre en valeur les candidates. Depuis le centre du ring, ils ressentent l'attention de ces éleveurs et professionnels de l'élevage venus des différentes régions de France et de l'étranger. Au nom des propriétaires et des présentateurs, un juge a d'ailleurs remercié ce public pour l'intérêt portée aux opérations de classement et qui constitue l'ingrédient indispensable d'un concours réussi.

Autre point commun entre ces concours montbéliard, normand et prim'holstein : la place grandissante prise par les jeunes. En coulisses mais aussi en public. Le jeune soigne la vache pendant quatre jours mais l'accompagne aussi sur le ring pour le quart d'heure de gloire de l'animal.

Beaucoup de propriétaires, faute de pouvoir se libérer pour la durée du Salon, inscrivent leurs animaux et les confient à des Salome podiumjeunes. La plupart d'entre eux s'efforcent d'être présents le jour du concours et d'en profiter au maximum. Du bord du ring, l'éleveur voit mieux son animal que s'il était lui-même au licol. Il peut le comparer plus facilement aux autres concurrents. Il est aussi davantage disponible pour échanger avec ses collègues éleveurs.

Nouvelle illustration de cette coopération. Dans le Morbihan, les jeunes ont insisté auprès des éleveurs pour inscrire des vaches du département au Challenge France qui se déroulera à Eurogénétique en avril. Ils les prendront en main de la ferme au ring, et si possible jusqu'au podium.

Photo ci-dessus. Salomé Vieux a conduit Ferrari Crème tout au long du Salon, pour le propriétaire Michel Torloting (Earl des Lacs, Moselle). Photo Sébastien Tolédo.

 

Le modèle Swiss’Expo est-il importable ?

18
fév
Aucun commentaire
Classé dans Exposition.

Blog JacquesUn mois après la fin de la Swiss'Expo 2014, des centaines d'éleveurs et de visiteurs Suisses et étrangers savent déjà qu'ils seront présents à Lausanne pour la prochaine édition. En quittant leur hôtel le 19 janvier dernier, beaucoup l'ont réservé pour le 15 janvier 2015. Autrement dit, la Swiss'Expo est devenue un rendez-vous "incontournable". Son succès peut-il, pour autant, être reproduit ?

L'image de la Swiss'Expo est portée par Jacques Rey (photo ci-contre). Jamais en pleine lumière mais omniprésent en coulisses comme tout bon metteur en scène. Le portable vissé à l'oreille, il règle les problèmes petits et grands. Il va sans arrêt des étables au ring, des salles techniques aux bureaux administratifs. Il semble connaître tout le monde et tout le monde se fie à lui.

Jacques Rey a bien évidemment un secret : il est entouré d'une équipe structurée où chacun exerce une fonction bien définie. Autour du ring, plus de 15 personnes sont mobilisées en permanence : appel des animaux, gestion de la section, traduction des commentaires des juges, remise des "flots", photos d'ambiance, échographie des mamelle, propreté du sol, réalisation des photos techniques, édition des palmarès. Sans oublier la régie son et lumière.

Ainsi entouré, Jacques Rey peut gérer l'imprévisible et l'inattendu. Tout en notant les modifications et améliorations à apporter pour l'année suivante. Cette "édition suivante" qui, comme les précédentes, connaîtra son lot d'innovations.

Car, si la Swiss'Expo est d'abord un ensemble de concours, c'est aussi un véritable spectacle avec accompagnement musical de qualité et éclairage performant. Un cadre qui incite les présentateurs à donner le meilleur d'eux-mêmes pour un défilé des animaux impressionnant.

Une fois la grande championne désignée, le ring est subitement envahi par le public désireux de voir au plus près les lauréates. C'est l'heure des congratulations, des félicitations et des discussions par petits groupes. Des moments chaleureux qui se poursuivent tard autour des buvettes, dans les stands de restauration et, pour finir, dans les "étables". Sauf pour ceux qui doivent reprendre le bus, car le déplacement à Lausanne est souvent organisé par des syndicats de race et des groupes de jeunes attirés par la réputation de la manifestation.

Ce succès de la Swiss'Expo peut-il être reproduit ? Sans doute pas tel quel. Mais des idées sont à reprendre dans toute manifestation réussie, à condition de les adapter aux conditions locales. En tout cas, l'association Colmar 2016 a déjà reçu Jacques Rey pour échanger sur l'organisation des prochains Championnats d'Europe holstein et red holstein.

 

 

Une bonne année avec la Swiss’Expo

13
jan
Aucun commentaire
Classé dans Exposition.

Depuis 2003, l'année commence bien pour le monde de la génétique et des concours grâce au grand rendez-vous de Lausanne. L'occasion pour les professionnels et les passionnés du secteur de se re-dynamiser pour les mois à venir.

La Swiss'Expo reflète, avant tout, la qualité et la diversité de l'élevage laitier suisse. Mais elle porte aussi l'image de la génétique européenne grâce aux concurrentes issues des pays voisins ou venues pour l'occasion.

Tout le monde n'est pas allé à Madison ni à Toronto. Mais tout le monde a entendu les récits rapportés par ceux qui s'y sont rendus. Ces deux grandes expositions ont diffusé l'image de la génétique américaine et canadienne à travers le monde. Bien au-delà des rings et des gradins.

A leur tour, les éleveurs et techniciens d'Amérique du Nord venus à Lausanne, diffusent au Canada et aux Etats-Unis l'image de la génétique suisse et européenne reflétée par la Swiss'Expo.

Pour que cette image soit bonne, la mise en scène se veut irréprochable. Les lieux d'hébergement sont aussi confortables pour les animaux que faciles d'accès pour les visiteurs. Le ring, en pleine lumière face à la pénombre des gradins, expose les animaux au mieux de leur valeur. Avec élégance et efficacité.

Cette année encore, ils seront plus de mille vaches et génisses, de huit races. Venues de toute la Suisse, de France, Belgique, Luxembourg, Italie, Allemagne et Autriche. Le juge montbéliard sera Markus Gerber, nouveau président de "swissherdbook". Pour la holstein et la brune, l'Américain Micheal Heath, pour la red holstein et la jersiaise, son compatriote Mark Rueth juge d'Eurogénétique en 2005, de la Junior Expo Bulle en 2008 et du concours holstein de la Swiss'Expo en 2011. Mark Rueth était déjà présent à la 1ère édition de la Swiss'Expo en 1996, à La Chaux-de-Fonds. Mais en tant que clipper.

(*) Voir sur ce site plm-magazine.com, rubrique "Plus de photos", 12 stars de la Swiss'Expo de Lausanne.

 

Chaque voix compte pour élire la Vache de l’Année 2013

22
nov
Aucun commentaire
Classé dans Non classé.

La Vache de l'Année 2013 se trouve parmi les lauréates des différentes catégories présentées ci-dessous. Votez sur le site primholstein.com pour la désigner. Chaque voix compte.

VDA.FinLes six lauréates noires et les deux rouges se retrouvent à égalité de chance sur la ligne de départ du scrutin. Le vote sera clos le mardi 26 novembre à midi et la Vache de l'Année 2013 connue le lendemain matin.

Liste des candidates :

- Carmen OTS (Goldwyn x Aaron) à la Scl Ferme d'Autes, Seine-Maritime, championne "Jeunesse". Et sa réserve : Elégante (Goldwyn x Shottle) au Gaec Cabon, Finistère.

- Amarante (Shottle x Morty) au Gaec Cabon, championne "Maturité". Et sa réserve : Udelac Lau (Stormatic x Inquirer) au Gaec du Bon Espoir, Loire-Atlantique.

- Ureine (Ford x Nicolas) au Gaec Ducellier, Pas-de-Calais. Et sa réserve : Prodige (Basar x Rudolph) au Gaec des Deux Vallées, Meuse.

- Cyred (September x Champion) à Jean-Bernard Girard, Doubs, championne "Rouge". Et sa réserve : Benett FM (Ulysse FM x Ranger) au Gaec des Chanterelles, Haute-Savoie.

Au total, 264 prim'holstein ont participé au 2e concours de la Vache de l'Année. Des noires (246) et des rouges (18). Des jeunes déjà récompensées sur les Expos et des "aînées" dont c'était la 1ère compétition. Des Excellentes 94 et des B 79.

Les unes à plus de 28 kg de lait par jour de vie, les autres à moins de 10 kg. Mais les unes à 15 lactations, les autres à deux seulement.

Prim'Holstein France a relevé de son côté : 20 concurrentes atteignent ou dépassent les 25 kg de lait par jour de vie ; neuf ont franchi la barre des 100 000 kg. La "vache moyenne" du concours affiche 0,60 kg de matière protéique par jour de vie (en noir) et 123 690 cellules. Elle est pointée TB 87.

Parmi ces 264 prim'holstein, des filles de Shottle (16), Lonard (11), Goldwyn (10). Mais aussi beaucoup de filles uniques. Des petites-filles de Jocko Besné et de Shottle, entre autres.

L'Ille-et-Vilaine a présenté la plus forte délégation avec 34 vaches. Devant la Mayenne (29), le Maine-et-Loire (24). Puis la Charente-Maritime et la Meurthe-et-Moselle (18 chacun), le Finistère et le Nord (16 chacun). Au total, des concurrentes de 41 départements.