Visiter plm-magazine.com
Contacter le magazine
S’abonner en ligne


Articles de la catégorie 'Sélection'

Pas de catégorie

Compte à rebours enclenché pour Saint-Flour

22
oct
Aucun commentaire
Classé dans Exposition, Sélection.

"Show must go on", le spectacle doit continuer. Cela vaut aussi pour le Show Open Génisses. Cette année, la ville et le département d'accueil changent mais l'essentiel est préservé : samedi et dimanche prochains, les 25 et 26 octobre, le Cantal accueille la 10e édition de ce concours réputé.

Ce changement de site ne modifie en rien la nature de la manifestation. Bien sûr, les barnums montés sur une place de Saint Flour ne peuvent accueillir autant d'animaux que le parc des expositions de Saint-Etienne. Mais les participants et visiteurs y trouveront vite leurs repères. Surtout, un tel événement aurait pu souffrir d'une année d'interruption et connaître des difficultés pour repartir.

Dans son histoire, le concours a supporté un changement de lieu, à l'intérieur de la Loire : de Précieux à Saint-Etienne. Il a connu une "nationalisation" des participants et un élargissement aux différentes races laitière. Mais il n'a jamais subi d'interruption depuis la 1ère édition de 2005 dans la cour du lycée de Montbrison Précieux jusqu'à la 10e organisée samedi et dimanche prochains, les 25 et 26 octobre.

Ce dépaysement du Show Open constituait un pari. Une première réponse a déjà été apportée par la rapidité avec laquelle les 320 places disponibles ont été remplies. Les jeunes sont désireux de se retrouver dans une manifestation dont ils sont les acteurs. Sous leur propre responsabilité, et non pas encadrés (encore moins dirigés) par des adultes qui seraient à la manoeuvre en coulisses. Ils sont également conscients de la dynamique qu'apporte aux groupes locaux et départementaux une participation au Show, souvent disputé en équipe avant même de l'être en individuel.

Que la fête commence.

Juges. Montbéliarde : Nicolas Robert, Loire. Autres races : Molly Sloan, Etats-Unis.

POURBLOG.TROIS

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En chiffres :

- 323 génisses de 165 élevages de 31 départements ;

- 147 montbéliardes, 146 prim'holstein, 30 brunes ;

- 118 inscrits au concours de meneur.

Au programme :

- vendredi : en soirée, concours départemental montbéliard, jugé par Florent Duclos, Haute-Savoie  ;

- samedi : de 10 h à 20 h, concours de génisses ;

- dimanche : de 11 h à 16 h 30, concours des jeunes meneurs jugés par Molly Sloan et par Emeric Basset, Ain.

 

 

Préfixes et suffixes s’affichent

23
juin
Aucun commentaire
Classé dans Sélection.

Affixe"Ton nom est écrit sur ta vache" aiment à dire les amateurs de concours, tant pour se féliciter des succès que pour déplorer les échecs. Avec l'officialisation de l'affixe, "nom commun" au préfixe et au suffixe, l'image se rapproche de la réalité.

Les éleveurs vont en effet pouvoir déposer le préfixe ou le suffixe de leur choix. Cet affixe sera protégé, exclusif, et suivra les animaux toute leur vie. Il sera présent sur tous les documents officiels : pedigree, fiche individuelle… Il apparaîtra sur les pancartes et les palmarès des concours.

Autrement dit, l'ensemble nom et affixe deviendra l'état civil officiel de l'animal. Aux dix cases habituelles pour inscrire le nom, s'ajouteront 15 cases supplémentaires pour le préfixe ou le suffixe.

Coût de l'opération. Après une offre de lancement de 50 euros, l'inscription sera de 65 euros par numéro de cheptel. S'ajoutera à ce droit d'entrée un abonnement annuel de 10 euros par élevage. L'ensemble étant destiné à la gestion des fichiers.

Avant le 30 septembre

Pour cette année de lancement, les demandes d'affixe sont à déposer auprès de Prim'Holstein France avant le 30 septembre dernier délai (voir site primholstein.com). Elles seront ensuite transmises à l'association Races de France (ex-France Upra) chargée de l'instruction des dossiers et de l'enregistrement des affixes.

Des risques de doublon existent, plusieurs élevages pourront demander le même affixe. L'attribution sera alors fonction de la date de dépôt du dossier à PHF selon le principe : premier arrivé, premier servi. Une exception concerne les élevages dont l'affixe est déjà connu et régulièrement utilisé. : ils garderont la priorité d'inscription jusqu'au 30 septembre. Si leur demande n'a pas été envoyée à cette date, ils seront soumis à la règle commune à compter du 1er octobre.

Précision : un affixe pourra être utilisé sans inscription au fichier mais ne sera pas protégé. Et pourra être attribué à un autre éleveur qui en ferait la demande.

A partir de janvier 2015, tous les animaux nés dans l'élevage porteront l'affixe.

Hors frontières

Quand Du Bon Vent Atacama gagne en Suisse. Quand DS Diode se distingue en Suisse et en Italie. Quand Ashlyn Vray se distingue partout où elle passe… Les préfixes sont alors autant de rappel des élevages naisseurs, respectivement : le Gaec du Bon Vent, Morbihan, l'élevage de Saint-Jan, Ille-et-Vilaine et Vray Holstein, Loire-Atlantique.

 

 

La nouvelle image de Prim’Holstein France

15
juin
Aucun commentaire
Classé dans Exposition, Sélection.

Logo PHF 2014 légerL'association d'éleveurs Prim'Holstein France se donne une nouvelle image à travers un nouveau logo présenté le 14 juin dans le cadre du National de Fougères.

La conception de ce nouveau logo a débuté par un "appel à suggestions" lancé sur le stand Prim'Holstein France au dernier Space puis relayé par le site Internet de PHF. Ce sondage a révélé une grande variété d'attentes avec cependant une constante : un logo moins abstrait que le précédent, plus descriptif de l'activité qu'il recouvre. Un logo lisible par tous, directement accessible aux non initiés. A partir de là, des élus du conseil, des techniciens de terrain et du siège ont conçu un pur produit maison.

Résultat : une vache stylisée mais "réaliste". Présentée trois-quarts avant pour exprimer son dynamisme, elle regarde vers l'avenir. Elle remplit bien son "territoire", couvre ses zones d'implantation. D'autant que, autre symbole de son dynamisme et de son expansion, deux traits marqués traversent la France d'Ouest en Est.

Le sigle PHF s'affiche en grand au premier plan. Plus court que "Prim'Holstein France", il est destiné à remplacer l'usage du mot Upra, à créer une nouvelle habitude de langage.

L'ensemble est souligné par l'affirmation de l'identité : "Association d'éleveurs". Autrement dit, par les éleveurs et pour les éleveurs.

Quant aux couleurs, si le bleu et le blanc de l'ancien logo sont conservés, le rouge laisse sa place à l'orange moins "agressif", moins tranchant. Mais cette couleur orange renvoie cependant au rameau prim'holstein rouge.

Cela dit, un logo reste d'interprétation libre. Chacun y voit, y trouve, ce qu'il souhaite. C'est "un nouveau drapeau derrière lequel tous les éleveurs prim'holstein pourront se retrouver" résume bien Bruno Béchet, président de l'Association.

 

Heurs et malheurs de la grande championne Délicieuse

30
jan
Aucun commentaire
Classé dans Exposition, Sélection.

Autour du ring de la Swiss'Expo, les premiers supporters de Délicieuse étaient bien évidemment ses naisseurs, Régis et

Samuel Roger. Les deux associés du Gaec le Rocher sont venus d'Ille-et-Vilaine pour voir la performance de leur vache vendue en Suisse après son titre de championne jeune du Space 2012. Ils ont apprécié comme il se doit le titre de grande championne remporté par "leur" vache, présente dans l'élevage d'Alexandre Göbeli depuis dix-huit mois.

 

Roger FreresL'histoire commence fin 2007 quand les frères Roger, associés du Gaec Le Rocher en Ille-et-Vilaine, recherchent une nouvelle tête de souche pour leur troupeau. Ils acquièrent un embryon canadien de Pagewire et de la vache québécoise Jolicap Carolie Export, issue de la famille Skylar Cherry Red qui est aussi celle d'O'Kalibra, la grande championne de Suisse et d'Europe.

 

 Photo ci-contre, Samuel (à gauche) et Régis Roger.

 

Née en septembre 2008, Délicieuse se distingue très vite dans le troupeau par ses qualités morphologiques. Inscrite pour le concours de Paris 2011, elle en revient avec un très honorable 3e prix de section . Mais dans un très mauvais état de forme, mis sur le compte de la fatigue du voyage. Comme la situation empire, éleveurs et leur vétérinaire tentent l'opération de la dernière chance.

 

"Délicieuse présentait tous les symptômes d'une vache avec un corps étranger. Elle ne ruminait plus, n'avait plus de lait" racontent les frères Roger. "Nous voulions l'euthanasier car nous n'aimons pas voir les vaches souffrir. Mais notre vétérinaire a préféré approfondir le diagnostic. Il l'a ouverte, a trouvé beaucoup d'adhérences. Il lui a administré un traitement et nous a conseillé de lui accorder un sursis. Trois jours plus tard, elle se remettait à manger du foin".

 

(*) Dans PLM de février, davantage d'informations sur Délicieuse et sur son nouveau propriétaire.

 

Mende 2016 : le monde de la brune en Lozère

3
déc
Aucun commentaire
Classé dans Exposition, Sélection.

Vingt après, la brune de Lozère refait la Une de l'actualité. Mende, chef-lieu du département, accueillera le Congrès Mondial de la race en 2016. Les conférences et les concours se dérouleront à "Espace Evénement", un nouveau bâtiment programmé pour août 2015.

 

Ce Congrès Mondial sera l'occasion de "promouvoir la génétique française à l'international et la race brune en France" se réjouissent les responsables de BGS, l'organisme de sélection de la race. Des délégations de plus de 20 pays sont attendues aux conférences. Un concours réunira les 150 meilleures vaches d'Europe.

 

Catalogue LozereIl y a tout juste 20 ans, fin 1993, PLM rencontre les éleveurs de brunes de Lozère. C'est alors l'effervescence. Le déclencheur a été la 1ère vente aux enchères Opti'Brune, organisée en septembre 1990 à Marvejols. Elle sera suivie de la création de l'Union des éleveurs de brunes de Lozère (Uebl). Une Union dynamique qui réalise plaquette présentant les élevages, autocollants, photos promotionnelles, dépliant (flyer) et même un film video. Le tout valorisé à partir d'un stand d'information présent sur différents salons dont Paris.

 

Ci-dessus, reproduction de la couverture de la plaquette de 1991 qui présentait chaque élevage adhérent de l'Uebl.

 

Fin 1991, cinq jeunes membres de l'Uebl adhèrent au tout nouveau Gie Brune Lozère Expansion : Alain Barbut, Franck Petit, Jean-Luc Bergounhe, Yves Valentin et Eric Barbut. Ces deux derniers sont les propriétaire de Carpate et de Fantasia, la grande championne du dernier National et sa réserve (vous découvrirez ces deux élevages dans PLM de décembre).

 

La vente Opti'Brune de Marvejols devient rapidement un événement national. C'est aussi l'époque où les encanteurs à la mode participent aux vente Opti'Brune. René Houde, habitué des ventes Kerdanne, de celles du Space et de Paris, vient à Marvejols. En 1996, le chef triplement étoilé Michel Troisgros parraine "La Brune a du goût". Une opération de promotion de la viande de brune, organisée dans le cadre des journées d'élevage de Marvejols en plein mois d'août, au milieu des touristes.

 

Mende possédait des atouts pour devenir la capitale mondiale de la brune le temps d'un Congrès. Mais les deux autres villes candidates n'en manquaient pas non plus, précisent les responsables de BGS. Dijon et tout le grand est derrière elle, Rennes et tout le grand ouest. Mais il fallait un vainqueur. Ce fut le grand sud.

 

 

 

 

 

La brune, il n’y en a qu’une

8
juil
Aucun commentaire
Classé dans Exposition, Sélection.

La brune, il n'y en a qu'une. Et une seule : pour les shows, pour les taureaux et pour les taux. C'était déjà le cas avec la très célèbre Brunette. Avec son titre de championne de Paris. Avec sa descendance mâle, depuis son fils Icône jusqu'à ses arrière-petits-fils Prince et Pedigree. Avec sa descendance femelle, notamment avec Adorable au Gaec Chevallier Jacoillot, Côte-d'Or mère à taureaux souvent championne, qui en 4e lactation a produit plus de 13 000 kg de lait en 305 jours.

Doxana, la championne jeune National illustre également cette "unité" de la brune. Outre le titre conquis fin juin à Châtillon-sur-Seine, Côte-d'Or, figurent également à son "palmarès" : une 1ère lactation à 8386 kg avec un TA de 34,7 et un fils, Hoxakings-Isu 157, taureau génomique prochainement mis en service.

Adorable et Doxana sont des exemples parmi d'autres et non pas deux exceptions. Pour Olivier Bulot, directeur de Brune Génétique Services (BGS*) : "Les lignées dominantes de la race se distinguent sur les trois terrains que sont l'étable, le ring et la sélection. En présentant au concours les mêmes vaches issues des mêmes taureaux que celles dans les étables, nous évitons le double discours. Le concours conserve l'intérêt pédagogique qu'il présentait historiquement. Ce n'est pas un défilé de belles vaches. Mais la présentation des meilleures vaches d'aujourd'hui qui seront répandues demain dans les élevages. Le concours illustre la direction prise par la race et devient un véritable outil de communication : les éleveurs français font de plus en plus confiance à la génétique made in France".

Evidemment, ce ne sont pas des championnes de concours qui deviennent mères à taureaux comme "autrefois". Ce sont des mères à taureaux bien indexées, solides et avec une morphologie fonctionnelle, qui sont aussi capables de se distinguer sur les rings.

La brune il n'y en a qu'une : ce pourrait être un nouveau slogan pour la promotion de la race. Inspiré de celui forgé dans les années 90 par Francis Petitfour : "Il n'y en a qu'une, c'est la brune".

* BGS est, à la fois, organisme de sélection (OS) et entreprise de sélection de la race brune.

Adorable Doxana TROIS

A gauche, Adorable à Eurogénétique en 2012. A droite, Doxana au National 2013.
 

 

Mélanie Boulet juge de la journée prim’holstein du Space

23
mai
Aucun commentaire
Classé dans Exposition, Sélection.

Quatre nouveautés pour les concours des races laitières du Space. Tout d'abord, la traditionnelle journée génétique normande du mardi est reportée…au mercredi. Le même jour, "Convention Evolution" sur les innovations en sélection et reproduction. La nouvelle entreprise de sélection proposera, sur le grand ring, témoignages d'éleveurs, interventions de techniciens et présentation d'animaux.

 

Le jeudi, tout pour la prim'holstein. La 1ère section entrera en piste à 8h30 et la grande championne sera désignée à 18h. Les championnes espoir, jeune et adulte, seront connues au long de la journée, à l'issue des sections de leurs catégories d'âges. L'intensité y perdra, par rapport à l'ancien système. En deux heures : trois prix de meilleure mamelle, trois prix de championnat, trois prix de réserve et le titre de grande championne étaient attribués. Sans temps morts.

 

Mais les gagnants seront les éleveurs et les clippers moins sollicités. Le juge qui n'aura plus la désagréable surprise de voir une première du mercredi arriver moins "fringante" le jeudi pour la finale. Les visiteurs qui repartiront avec une vue d'ensemble du concours. Quant aux vaches, elles ne subiront pas le stress d'une seconde préparation.

 

Pour la première fois également, une femme est invitée à juger le concours Prim'holstein Atlantique. Il s'agit de Mélanie Boulet, Québec, qui a jugé le Show Open Génisses de Saint-Etienne l'an dernier, et le concours red holstein de la Swiss'Expo en 2008.

 

Mel BouletMélanie Boulet (photo ci-contre) et son conjoint Martin Lacroix élèvent un troupeau d'une centaine de laitières, porteur du préfixe Arcroix. Dans la région de Bellechasse, à 50 km de la ville de Québec. Ils ont reçu le titre de "Maître-Eleveur" en 2009.

 

Sur le ring du Space, Mélanie Boulet sera accompagnée de sa sœur Johanne, par ailleurs gérante des Encans Boulet. Leurs frères sont également bien connus dans l'élevage. Simon est resté sur la ferme familiale, préfixe Boulet. Pierre est à la fois encanteur et éleveur, régulièrement présent sur les concours avec des animaux porteurs du préfixe Pierstein.

Photo de Mélanie Boulet, par Mario Picard, "Le Coopérateur agricole".

 

 

 

Accoupler son troupeau à l’heure de la génomique

25
avr
Aucun commentaire
Classé dans Sélection.

Dommage collatéral de la génomique : une avalanche de taureaux disponibles. A l'éleveur de s'y retrouver, tout en gérant la consanguinité. Une gestion devenue impossible à effectuer"de mémoire" en raison de l'inflation de taureaux. Et nécessitant l'utilisation de logiciels comme celui proposé par Prim'holstein France.

 

Cet afflux de taureaux coïncide avec la nouvelle place prise par les fonctionnels. Des caractères mieux connus qu'avant grâce à la fiabilité supplémentaire apportée par la génomique. Mais des caractères plus difficiles à apprécier qu'une quantité de lait ou qu'une hauteur au sacrum. Ce qui ajoute à la complexité du problème.

 

Mais "un problème bien posé est déjà à moitié résolu" dit le proverbe. Pour cela, commencer par bien définir ses besoins, les postes clés à améliorer dans son troupeau. Ensuite, choisir les taureaux qui répondent à l'objectif recherché. Taureaux français et étrangers. Seniors confirmés ou 100% génomiques

 

Confirmés ou génomiques ? Les premiers, a priori sans surprise, pour assurer le bon niveau du troupeau. Les seconds pour bénéficier de la génétique la plus récente, et aussi parier sur un futur crack éventuel.

 

Résultat visible dans la cuve : une répartition 50/50 entre les deux gammes de taureaux. Avec des doses de génomiques plus diversifiées pour limiter les risques de mauvaise pioche et augmenter les chances de jackpot.

 

Conséquences sur le planning d'accouplement : fini le document annuel, établi en une seule fois pour l'ensemble de la campagne d'insémination. Place au listing réajustable à chaque nouvelle indexation.

 

Quant aux achats de doses, à renouveler régulièrement. Fini le temps où des éleveurs pouvaient faire leur course une fois par an sur un Salon. C'était avant…

 

 

 

Linda, Vache de l’année 2012 Prim’holstein France

11
déc
Aucun commentaire
Classé dans Célèbres, Sélection.

Linda est la première Vache de l'année officiellement élue par les Internautes sur le site primholstein.com. Sa longévité a dû jouer en sa faveur puisque, à 17 ans, elle est aussi âgée que ses trois dauphines réunies, à quelques mois près.

Linda était seulement la réserve d'Airway au Grand championnat holstein. Mais ces deux vaches étaient alors très proches (voir ci-dessous le Blog du 6 décembre).

De même la rouge Benett FM était la réserve de Belquita qu'elle a finalement coiffé sur le fil.

Linda, qui a produit plus de 128 000 kg de lait au cours de sa carrière, est une fille d'Igali (Bluff x Leadman) et une petite-fille d'Owner (Sexation).

 

Palmarès officiel de la Vache de l'année 2012

1-Linda-TB 86 (Igali x Owner) au Gaec Prim'Breizh, Côtes-d'Armor, âgée de 17 ans et avec 22,8 kg de lait par jour de vie (LjV) ;

2-Airway-Ex 94 (Shottle x Morty) au Gaec des Grilles, Orne, âgée de 6 ans 10 mois et avec 25,5 kg de LjV ;

3-Benett FM-TB 88 (Ulysse FM x Ranger) au Gaec des Chanterelles, Haute-Savoie, âgée de 6 ans 8m et avec 14,8 kg de LjV ;

4-Belquita-TB 89 (Rustler Red x Lentini) au Gaec Fery, Maine-et-Loire, âgée de 6 ans et avec 14,7 kg de LjV.

 

 

Vente globale, dispersion locale

25
juil
Aucun commentaire
Classé dans Sélection.

La moyenne des enchères n'est pas la seule "information" de la vente Gaudart. La destination des animaux nous apprend que ceux qui connaissent le mieux l'investissement génétique de Jeannette et Joël Gaudart leur ont fait confiance. En effet, sur les 53 lots proposés début juillet au Faouët, Morbihan, 28 sont restés dans le département (plus de la moitié).

Au total, près de 2000 personnes ont souhaité participer à cette "fête" organisée dans le cadre exceptionnel de Halles du XVIe siècle, réputées pour la beauté de leur charpente. Un cadre unique pour un événement unique dans une vie d'éleveur. Un lieu choisi malgré les contraintes liées au déplacement des animaux depuis la ferme située sur la commune voisine de Langonnet et distante de 12 de km. Mais Jeannette et Joël Gaudart ont bénéficié de l'aide des équipes de Créavia, du syndicat département des éleveurs, Prim'holstein 56. Et de sa section jeune "BzH 56" dont les membres ont passé quatre jours à préparer les animaux.

En ouverture de la journée, une vente aux enchères a proposé 24 vaches et génisses gestantes de bon niveau génétique. Elles sont parties à la moyenne de 1744 euros, avec un minimum de 1500 euros et un maximum de 2150 euros.

A la vente élite de l'après-midi, la moyenne des enchères de la vente élite a été de 2597 euros. Dont 2671 euros pour les sept vaches. Et 2574 euros pour les 22 génisses. Avec une fourchette de prix allant de 1000 euros à 8600 euros pour la tête d'affiche Giulia GBL (Doberman x Mickey) et son Isu record de 203 points.